En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour assurer le bon fonctionnement de nos services.
En savoir plus

A la recherche de l'histoire (très ancienne) du lycée

2. CALCAIRE A GRYPHEES

Par ANDRE MORIN, publié le jeudi 2 mai 2019 10:59 - Mis à jour le jeudi 4 juillet 2019 17:16

Les murs du lycée présentent à de nombreux endroits des pierres grises avec des traces blanches en forme d’huître. Ces pierres sont toujours taillées avec soin et elles occupent les parties les plus nobles du bâtiment : Piliers, coins, solives et dalles des escaliers. Elles présentent souvent des marques qui sont la signature des tailleurs de pierres.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Observées en détail, ces roches font effervescence à l’acide : il s’agit de calcaire. Les parties blanches aperçues très facilement sont en fait des fossiles d’un mollusque autrefois très courant : les gryphées. Ils permettent d’identifier et de dater cette roche : il s’agit d’un calcaire du Sinémurien (Jurassique inférieur).

Cette roche est extrêmement abondante dans toutes les constructions de Lyon datant du XVIème et XVIIème siècle. Les carrières fournissant Lyon ont fonctionné en abondance dans tout le Mont d’Or où cette roche est très fréquente.

Carrière Siné.jpg

Cette roche nous raconte l’histoire des environs du lycée il y a 200 Ma. La puissante chaîne Hercynienne a été totalement mise à plat et la région est une plateforme continentale peu profonde recouverte par une mer de quelques mètres d’épaisseur.

Jurassique carte.jpgLa région au Sinémurien (d'après Le Mont d'Or)

Un sédiment calcaire se dépose de façon monotone mais, à l’occasion de tempêtes, des courants de fond en provenance de la côte proche charriaient des coquilles de gryphées et autres mollusques. Ces coquilles se sont mélangées au sédiment calcaire pour plus tard former une roche très utile.

Sinémurien paléo.jpgLe Mont d'Or au Sinémurien (d'après Le Mont d'Or)

 

Alors, une petite balade en barque au-dessus du lycée ?